colle logement et santé

Aller en bas

colle logement et santé

Message  Elise le Mer 8 Oct - 20:02

Ne sachant pas trop ce qu'il faut mettre ici je vous transmet ma fiche de colle et non l'exposé complet...

SANTE ET LOGEMENT




I. Insalubrité et surpopulation dans les logements : des problèmes qui peuvent entraîner des risques sanitaires plus ou moins importants.

A. Insalubrité

Déf. : Est insalubre tout immeuble, bâti ou non, vacant ou non, dangereux pour la santé des occupants ou des voisins du fait de son état ou de ses conditions d’occupation.
Cas français : insalubrité du logement très contrôlée, des problèmes importants entraînant des maladies existent donc toujours bien qu’ils soient en phase de recul considérable : pb de l’exposition à l’amiante, au radon (cancers), au plomb (cas du saturnisme chez l’enfant), aux pollution sonores (54% des ménages français vivant en gde ville se déclarent gênés par le bruit) et de l’air intérieur (appareil ménager à combustion)

B. Insalubrité et surpopulation

Ces deux facteurs aggravent risque pour la santé selon le logement. Surpopulation quand 3pers ou + par pièce (critère ONU) > c’est le cas de 20% pop mondiale.
Existe dans pays développés (campement tziganes, immeubles où s’entassent familles dans conditions illégales : ex de l’incendie rue de Provence en 2005, etc.) mais sévit surtout dans les pays en voie de développement.
Insalubrité+ surpopulation fait que risque de transmission des maladies est + élevé (car promiscuité : svt 1 seule pièce où homme+animaux,contamination par eau insalubre etc.)
La moitié de la population mondiale vit sans hygiène de base et un tiers de la population urbaine vit dans des logements insalubres. Part de la population vivant dans des taudis se situe d’abord en Asie ( 50% soit 580 millions de pers), en ASS (200 millions de pers), en Am Lat ( 130 millions de pers). (chiffres ONU)
Cas des bidonvilles (noter fragilité des matériaux de construction : tôles, cartons) bon révélateur de cette situation.

II. Violence et inadaptation aux catastrophes naturelles : des risques du logement pouvant entraîner mort subite. > l’Insécurité

A. la violence dans les quartiers défavorisés

- Cas des bidonvilles et plus encore des favelas brésiliennes : insalubrité, surpopulation + violence extrême des rapports humains. Trafic de drogues, d’armes, criminalité etc. Règlement de compte à l’arme blanche, affrontement entre gangs rivaux, enlèvements. >population constamment exposée à risque de mort violente.
- Cas des ghettos nord américains (où ya la moitié des ménages sous seuil pauvreté): grande criminalité de ces quartiers très défavorisés vols à mains armée, trafics, fusillades (homicide volontaire est 1ere cause de mortalité des jeunes noirs vivant en ghetto)
- Cas des cités française : violence beaucoup moins importante (ne pas parler de ghettoïsation en France) Cependant situation de fragilité/détresse dans ces quartiers à logements défavorisés fait que la violence, l’alcoolisme et consommation de drogue y sont + élevés (dc impact santé non négligeable) Violence certaine, détérioration des lieux publics mais mort reste rare.

B. Problème de l’inadaptation des logements aux terrains présentant des risques d’accidents naturels graves.

Effondrement des bâtiments entraîne hausse mortalité lors de séismes/ouragans/tsunamis, surtout si les logements ne sont pas aux normes sismiques(contre exemple japonais: t.b adaptation aux normes)
Ex des récents tremblements de terre en Chine 2008, du tsunami etc (et pire dans ls bidonvilles où ya aucune norme vu que logements illégaux, dépendent pas de normes nationales dc)

III.Comment les habitants perçoivent-ils les rapports du logement à la santé ?

A. Une préoccupation assez faible qui varie selon société et mode de vie

- pays en voie de développement : préoccupation quasi nulle car les populations doivent faire face à des enjeux de survie plus primordiaux.
- pays développés : une préoccupation en hausse mais qui reste relativement faible. Les populations inquiètes à propos du rapport santé/logement sont surtout les malades, handicapés, personnes âgées qui veulent des logements adaptés. Ménages avec jeunes enfants plus sensible à ces questions aussi.

B. La recherche du risque zéro et son paradoxe

-Dans les pays développés il y a de + en + recherche du risque zéro, volonté d’éradiquer tout risque potentiel pour avoir bien être parfait dans son logement. Préoccupation se retrouve surtout dans les populations les plus aisées et donc les moins exposées au risque.
-Au contraire dans sociétés les plus exposés aux risques (catastrophes naturelles etc.) il y a souvent une conception de la santé radicalement différente, marquée par un grand fatalisme qui fait que les populations se désintéressent de ces problèmes alors qu’elles y sont particulièrement exposées.


BIBLIOGRAPHIE :

-Fleuret S (direction), Espaces, bien-être et qualité de vie : actes du colloque EQBE "Peut-on prétendre à des espaces de qualité et de bien-être ?"( colloque international d'Angers, France, des 23 et 24 septembre 2004), Presses de l’université d’Angers 2005
- George P et Verger F, Dictionnaire de la géographie, PUF 2006
- Ascher F, le logement en questions, Editions de l'Aube 1998
-Pigeon P, Géographie critique des risques, Economica-Anthropos, 2005
-Letchimy S, De l'habitat précaire à la ville : l'exemple martiniquais, l’Harmattan 1992
- Goirand C, La politique des favelas, Éd. Karthala 2001

Sites web :
- Secrétariat d’Etat au Logement : www.logement.gouv.fr
- Site de l’ONU : www.un.org/french/
- Site de la documentation française : www.ladocumentationfrancaise.fr
- Site de sondage Ipsos : www.ipsos.fr
- Encyclopédie en ligne Wikipedia : fr.wikipedia.org

Elise

Messages : 3
Date d'inscription : 07/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum